Veuillez entrer votre numéro de téléphone et Colibri vous rappelle

Notre Offre de Produits

Nos Partenaires

Le Livre d'or de nos Clients

Le Livre d'or de nos Clients

  • > Nathalie de Provence.

    "21 Avril 2018 Azalea vient d'arriver et elle est superbe !! Une vraie beauté !! Un grand merci Alexandra pour votre patience et votre compréhension. Je reviens toujours chez vous avec plaisir et c'est un bonheur que d'avoir trouvé des personnes de confiance tels que vous. Merci pour la petite attention. Elle est trop mignonne!! A bientôt donc !!"

Tous les commentaires

Poupée Colibri

Les poupées Minouche de Sylvia Natterer, l’histoire d’une artiste extraordinaire

Publié le : 28/03/2018 15:58:45
Catégories : Les Poupées Rss feed

Nous sommes très heureux de vous retrouver dans les colonnes de notre blog.

Comme vous le savez, nous sommes tous les deux de grands amateurs de jolies poupées.
Mais comment avons-nous fait ou même comment avons-nous osé, en tant que plangonophiles avertis, ne pas vous avoir encore parlé d’une artiste incontournable dans ce monde de poupées, Madame Sylvia Natterer.

Un voyage au cœur des poupées

Nous voilà partis en direction de Vils, un village situé en Autriche où Sylvia Natterer habite dans une ancienne école devenue sa résidence principale et le lieu de création de ses merveilleuses poupées.


Nous avons décidé de partir à sa rencontre, eu la grande joie de partager un peu son quotidien et grignoté de son temps précieux afin de lui consacrer un article dans notre blog. Sylvia a même accepté de répondre à quelques-unes de nos questions pour nous aider à connaitre un peu mieux cette artiste à la renommée internationale.

De plus, Sylvia a eu l’extrême gentillesse de partager avec nous toutes les photos et illustrations de cet article que nous avons eu un très grand plaisir à composer. Nous nous excusons déjà auprès de nos lecteurs les plus avertis car nous n’avons pas de formation journalistique et nous avons rédigé cette présentation tout simplement … avec notre cœur.

Bien évidemment, cet article, qui constitue une interview exclusive de Madame Sylvia Natterer, a reçu l'accord final de Sylvia, prouvant la véracité et l'authenticité des faits qui y sont relatés. Cet article est la propriété exclusive de "Un Bonheur de Colibri", toute reproduction totale ou même partielle est formellement interdite sans notre accord express. Merci pour votre compréhension.

Une âme de passionnée, déjà toute petite

La petite Sylvia est née le 09 février 1949 en Allemagne, dans le village d’Oberstdorf (situé dans le sud de la Bavière) et qui est célèbre pour ses championnats de sauts en ski. Sylvia est la benjamine d’une fratrie de 3 filles, nées en moins de deux ans et demi.

En 1953, les parents de Sylvia décident de déménager vers la Suisse, à Bâle plus exactement, où Sylvia apprend le Suisse-allemand à l’école maternelle. Mais très vite, cette petite fille se fait déjà remarquer car à l’âge de 4 ans, elle savait déjà tricoter, crocheter et coudre des petits vêtements pour ses poupées.

« Je me souviens d’une petite poupée que j’avais reçue en cadeau pour ma maison de poupées, un cuisinier avec son bonnet et un tablier blanc. Dans mon imagination enfantine, je lui avais donné l’ordre de me faire à manger. Je me suis fâchée avec lui et je l’ai jeté sous mon lit, parce qu’il n’a pas voulu bouger pour me faire plaisir. Une autre fois, j’ai déposé une petite poupée en celluloïd sur le bord de la fenêtre dans une petite boite et j’ai prié le Bon Dieu pour qu’il la rende vivante comme Pouceline. J’étais une enfant rêveuse et j’ai cru très longtemps aux contes de fées. » nous confie Sylvia dans un français impeccable.

En 1956, la petite famille Natterer déménage à nouveau en direction de la Suisse Romande, à Montreux, au bord du lac Léman, car Sylvia souffre d’un asthme assez grave. Elle a donc dû apprendre le français au plus vite et se débrouiller à l’école, sans pouvoir espérer de l’aide de personne. Là aussi, Sylvia se fait remarquer car elle savait déjà très bien dessiner.

En 1968, après avoir obtenu son Bac L (Baccalauréat en Lettres), Sylvia entreprend des études de pédagogie et en 1970, elle commence à enseigner les Arts Appliqués à Lausanne après avoir été naturalisée Suisse.

La rencontre qui change toute sa vie

Sylvia s’est ensuite mariée à Alwis Klaus Natterer, un ingénieur suisse en génie civil, avec qui elle vivra un véritable conte de fées durant plus de 45 ans.

En 1975, Sylvia suit son mari à Munich où il a obtenu un poste important et où toute la petite famille grandit jusqu’en 1991.

De cette union d’amour et de complicité, naitront 5 enfants (3 garçons et 2 filles) :

  • Fanny (née en 1973) - dont le petit nom "Fanouche" a été donné aux poupées produites par Götz
  • Léonard (né en 1976)
  • Jonas (né en 1978)
  • Fabian (né en 1983)
  • Caroline (née en 1991)

Durant cette période « allemande », Sylvia adore sa vie à Munich :

« Munich était le vrai tremplin pour ma carrière artistique. J’ai fait partie d’un théâtre de marionnettes pour adultes, Le Kleines Spiel, où j’ai rencontré de jeunes artistes qui sont devenus plus tard des compositeurs, des écrivains ou des acteurs de théâtre. Mon rôle y était de restaurer les marionnettes et dans la pièce Aucassin et Nicolette, j’étais prédestinée au rôle principal avec mon petit accent français ».

Malgré son adoration pour les marionnettes, Sylvia décida très vite de couper les cordes de celles-ci, pour s’intéresser … aux poupées. Il faut savoir que, dans les années 1980, la grande passion des femmes en Allemagne était de reproduire à domicile des poupées en porcelaine à l’ancienne à partir de moules en plâtre vendus par la maison allemande Wanke.

Mais Sylvia ne suit pas la mode et ce type de poupées ne l’intéresse pas du tout. A à cette époque, Sylvia s’était déjà fait connaitre avec ses poupées OOAK (One Of A Kind – Pièce Unique) modelées en pâte à bois et qu’elle vendait dans de petites galeries et dans des expositions groupées à Munich.

                                                                        "Pris au piège" - Papier mâché recouvert de papier

En route vers le succès

En 1980, devenue membre de la Bayerischer Kunstgewerbeverein (BKV - Association des Artisans d’Art de Bavière), Sylvia peut exposer une collection de 17 poupées en pâte à bois au Salon International de Francfort. Toutes les poupées furent vendues le jour même, mais le plus important, Sylvia se fait remarquer par Zapf, le célèbre fabricant allemand de poupées, qui lui commande un modèle qui sera produit en vinyle sous licence à partir de 1982.


                                                               Voici les 3 variantes de la poupée en vinyle fabriquée par Zapf

Modèle de Sylvia en pâte à bois (à gauche) et la reproduction en vinyle (à droite)
Sylvia fut assez déconcertée par le résultat car les yeux dormeurs (que ne voulait
pas l'artiste) ont complètement changé l'aspect de la sculpture.


“Pour pouvoir réaliser et livrer les nombreuses poupées commandées lors de ce salon de Francfort, j’ai compris que je devais trouver un moyen de reproduire mes pièces uniques dans une autre matière que la pâte à bois. C’est alors que j’ai pris contact avec l’une de ces reproductrices de poupées anciennes pour apprendre la technique de la porcelaine. J’ai appris moi-même à faire des moules en plâtre à partir de mes modèles, en faisant bien évidemment toutes les erreurs d’une débutante. Mais avec cette technique, je pouvais proposer des petites séries aux clients devenus de plus en plus friands de mes poupées mais surtout de garantir qu’elles ressemblent comme des jumelles aux modèles vus et choisis sur mon stand à Francfort.

Pendant deux années, je n’avais pas de four à céramique dans mon appartement. Je devais donc transporter en métro, une première fois, mes têtes de poupées fragiles comme des œufs frais, emballées dans un panier tapissé d’ouate, pour les faire cuire chez cette dame à l’autre bout de Munich. Deux jours après, j’allais les rechercher pour les peindre à la maison et cette fois le transport était encore plus délicat, car la peinture sur porcelaine restait humide et ne se vitrifiait que par la cuisson à 735 C°. Mais le succès aidant, j’ai bientôt pu m’acheter un four à céramique et ces va et vient, avec poussette et enfants au bras, ont enfin pris fin” nous avoue sincèrement Sylvia très amusée.


                                                                                     Petites et grandes poupées en porcelaine

                                                             Moules de base pour les poupées MINOUCHE en vinyle actuellement
                                                                                      produites par la maison PetitCollin.




Durant presque 30 ans, Sylvia Natterer a présenté et vendu ses poupées en porcelaine aux salons de Francfort et de Nuremberg. Mais Sylvia a également participé à de nombreuses expositions en France, en Suisse, en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en Italie, en Russie, au japon et aux USA.

Outre ses expositions, Sylvia a remporté de nombreux prix et récompenses dont le plus prestigieux au Japon pour « The Most Adorable Doll in the World » (la poupée la plus belle du monde).

En 1988, après le fabricant Zapf, c’est au tour de la maison allemande bien connue Götz à s’intéresser à deux de ses modèles « Fanouche » de 50 cm et à un bébé tout en vinyle de 35 Cm. Pendant 16 ans, de nombreux modèles de toutes tailles ont suivi et ils ont été vendus dans le monde entier à des milliers d’exemplaires, toujours avec le logo SN gravé dans la nuque et avec l’étiquette bleue imprimée sur la boite.

                                               Logo et marquage SN pour Sylvia Natterer - Etiquettes et gravure sur la nuque

Un succès phénoménal et mondial

De nombreux autres fabricants de poupées se sont aussi intéressés à reproduire les modèles de Sylvia Natterer, qu’ils soient en porcelaine, en bois ou en vinyle dont notamment Franklin Mint aux USA, Sekiguchi au Japon, Dolfi en Italie, White Balloon en Espagne, Zwergnase et Käthe Kruse en Allemagne et plus dernièrement, PetitCollin en France.

                                                                 Salon de Nuremberg en 2008 avec Gran Papa Tokyo, célèbre acteur,
                                                             qui a acheté les poupées de Sylvia pour ses nombreux magasins au Japon

« Malheureusement, la plupart de ces maisons ont fini par délocaliser leur production en Chine, ce qui était à chaque fois pour moi la raison de m’en séparer en bons termes, car je savais d’avance que je n’aurais alors plus aucune influence sur la qualité de mes poupées produites en Asie. » soupire Sylvia.

Les poupées à jouer de Sylvia Natterer sont devenues des « classiques modernes » avec lesquelles joue déjà la troisième génération d’enfants, sans oublier les très nombreux collectionneurs qui chérissent tellement tous ces petits trésors nés des mains expertes de Sylvia.

                                                       Poupée 43 Cm en vinyle par Götz (Fanouche) et de 36 Cm par White Balloon

« C’est en modelant des centaines de pièces uniques en pâte à bois que j’ai trouvé peu à peu mon style tout personnel. Toutes mes poupées ont une expression un peu pensive et mélancolique. Elles ont des proportions naturelles, elles sont très mobiles et faciles à manipuler, même pour un petit enfant. Beaucoup de clients se réjouissent à les habiller et à les coiffer à leur goût. Je reçois des photos et des mails de fans du monde entier. Cela me remplit de joie de pouvoir rendre heureux petits et grands au travers d’un objet né de mes mains et de mon imagination. » ajoute Sylvia un peu rêveuse.

Depuis 2015, Sylvia Natterer travaille en collaboration avec la société française PetitCollin qui commercialise différents modèles de ses créations : les Bibichou, les Minouche, les Finouche et les Starlette. La gamme de poupées Sylvia Natterer connait un incroyable succès et on dit ... que la production en France ne suivrait pas la très forte demande des amateurs de belles poupées !

                                           Salon de Nuremberg 2018 - Stand de PetitCollin avec les créations de Sylvia Natterer


Les années plus difficiles

Mais la vie n’épargne pas non plus Sylvia : en 1990, elle donne naissance à un petit garçon, Benno, qui décède la même année.

En 1991, Sylvia et son mari déménagent vers le village de Vils en Autriche, où ils achètent une ancienne école dans laquelle est née la petite dernière, Caroline, qui aurait hérité des talents de sa maman. Elle étudie d’ailleurs les Beaux-Arts à Berlin.

                                                        L'ancienne école de Vils en Autriche - Résidence principale de Sylvia Natterer

                                                   L'atelier de Sylvia à Vils dans lequel l'artiste peint les poupées et coud les vêtements


       Vue depuis la maison de Montreux en Suisse sur les bords du lac Léman en pleine préparation de la collection PetitCollin 2018

Malheureusement, Sylvia a perdu en décembre 2017 son mari bien aimé et le papa de ses 6 enfants.

« Les poupées et la joie qu’elles transmettent m’aident un peu à surmonter l’immense tristesse d’avoir perdu un compagnon qui m’a toujours soutenue et encouragée dans ma passion. »

Se retrouvant seule au milieu de cette grande demeure et fidèle à son image altruiste, Sylvia a décidé d’accueillir une famille de réfugiés afghans avec 5 enfants. Elle profite pour leur donner des cours d’allemand et leur apprendre certaines bases scolaires manquantes à ces petites têtes.

Sylvia est la grand-maman de 4 adorables petits-enfants :

  • Coco, Luc et Piet de son fils Jonas
  • Nora Gigi de son fils Fabian.


                                                                                        Sylvia et sa petite fille Nora Gigi

 

L’interview de Colibri : Sylvia Natterer se confie à nous

Après la présentation de ce magnifique parcours artistique et de cette carrière haute en couleurs, nous avons préparé quelques questions que nous avons posées à Sylvia.

Les voici en détails avec les réponses très personnelles que nous avons reçues de l’artiste :

Un Bonheur de Colibri : Vous parlez merveilleusement bien le français. Mais quelles autres langues parlez-vous aussi couramment ?

Sylvia Natterer : Je parle le français, l’anglais et l’Allemand.

Un Bonheur de Colibri : Où et comment trouvez-vous l’inspiration pour créer toutes vos poupées ?

Sylvia Natterer : Mes enfants ont toujours été ma principale source d’inspiration et mes modèles pour mes poupées.

Un Bonheur de Colibri : Dans votre parcours d’artiste professionnelle, quelle a été votre plus grande victoire et/ou votre plus grande fierté ?

Sylvia Natterer : Ma plus grande fierté dans ma carrière, c'est d'avoir réussi à créer des poupées à jouer, à un prix abordable pour petits et grands enfants dans le monde entier. D’après moi, il doit exister plus d'un million de poupées signées Sylvia Natterer. Voilà, ma plus grande victoire.

Un Bonheur de Colibri : Et quelle a été votre plus grande déception (si vous en avez eu une) ?

Sylvia Natterer : Je n'ai jamais essayé de réaliser une poupée que l’on m’imposait ou encore de faire quelque chose de force. J'ai toujours attendu qu'on me sollicite ! Je n’ai donc pas de déception dans mon parcours d’artiste.

Un Bonheur de Colibri : Parmi toutes vos nombreuses créations, quelle est votre poupée préférée ?

Sylvia Natterer : Mes poupées préférées sont d'abord les Bibichou et ensuite les Minouche.

Un Bonheur de Colibri : Quelles sont vos projets actuels et à court terme ?

Sylvia Natterer : En ce moment, je ne fabrique aucune poupée. Je réfléchis et je travaille déjà sur la nouvelle collection de vêtements pour mes poupées PetitCollin 2019. Je travaille également sur une sculpture pour la tombe de mon mari, création qui sera reproduite en bronze.

Un Bonheur de Colibri : Vous avez fait des poupées en bois, en porcelaine, en papier mâché, en vinyle, … Mais avec quelle matière préférez-vous travailler ?

Sylvia Natterer : Toutes mes poupées naissent simplement à partir d'un sac d'argile. Je ne peux pas travailler ni le vinyle ni le bois moi-même. Il faut pour cela une technologie très compliquée.

                                                                            Le départ de toutes les poupées : le sac d'argile !

Un Bonheur de Colibri : En parlant de fabrication de poupées en vinyle, pouvez-vous nous expliquer comment nait une poupée et quelles sont les différentes étapes de réalisation entre l’idée qui germe dans votre tête et la poupée en vinyle terminée ?

Sylvia Natterer : Pour réaliser une poupée en vinyle, il faut compter presque une année entière, qui se décompose dans les principales étapes suivantes :

  • La sculpture du modèle entier en terre glaise
  • La fabrication de moules en plâtre pour chaque membre, tête, corps, bras et jambes
  • Le coulage de cire dans ces moules en plâtre
  • Les travaux de détails et de finitions sur ces pièces en cire

Jusqu'ici, c'est entièrement mon travail de sculpteur qui entre en jeu.



Ensuite il faut remettre la poupée en cire à un technicien spécialisé, qui à son tour :

  • Définit l'endroit où se trouvera l'ouverture du moule pour le coulage du vinyle par des anneaux insérés dans la cire
  • Recouvre chaque pièce d'un alliage d'argent
  • Plonge chaque pièce ainsi recouverte de cet alliage dans un bain d’acide de galvanisation
  • Selon la taille, l'objet reste dans ce bain entre 3 et 6 semaines jusqu'à ce qu'il soit recouvert d'une couche suffisamment épaisse de cuivre
  • Il fait fondre la cire et nettoie le moule-mère ainsi obtenu en "perdant" le modèle
  • Il fait couler du vinyle dans ces moules-mère, les fait tourner (roter dans le jargon technique) dans un four pendant environ 10 minutes, c’est la   procédure du rotomoulage).
    [Note de Colibri : le Rotomoulage, ou moulage par rotation, est un procédé de mise en forme par moulage des matières plastiques. Le vinyle sous forme liquide, est chargé dans le moule afin de reproduire la forme intérieure de celui-ci en tournant continuellement jusqu'à ce qu’il durcisse]
  • Il dévisse le couvercle et avec une pince, il tire rapidement l'objet ratatiné et encore tiède en vinyle hors de la petite ouverture dans le moule. Cet objet (la tête, le corps, un bras, une jambe, …) né à travers ce petit passage, prend alors la forme originale à l'air libre comme par magie et devient solide en refroidissant. C'est spectaculaire et ce qui fait la différence de ce système par rapport au système ancien du soufflage, c'est l’absence de trace de couture sur le côté des objets démoulés.
  • Il reproduit ainsi autant de pièces en vinyle qu'il nécessitera de moules de production
  • Il recommence à les recouvrir de cet alliage d'argent et les replonge pour quelques semaines dans le bain de galvanisation.
  • Les 3, 6 ou 12 moules en cuivre ainsi obtenus seront les moules de production. Le premier moule-mère est conservé précieusement dans un endroit sûr, car on pourra au besoin reproduire des moules de production à partir de ce premier moule, qui est plus grand d'environ 2 %. Donc on reconnait si un objet a été tiré du moule-mère ou bien de celui de production grâce à cette différence.


                                                                     Moule et formes de production des poupées Minouche


                                          En visite chez PetitCollin pour surveiller la fabrication des poupées Minouche en 2016



Un Bonheur de Colibri : Nous vous proposons pour terminer cet article de vous livrer à un petit jeu avec nous. Connaissez-vous le jeu du « Si vous étiez …, que seriez-vous ? » ?

Si vous étiez un animal, lequel seriez-vous ?

Sylvia Natterer : …. [Rires] … Si j'étais un animal, je serais un merle. J'aime chanter et j'aimerais surtout pouvoir voler.

Un Bonheur de Colibri : Si vous étiez une couleur ?

Sylvia Natterer : J'adore le rouge.

Un Bonheur de Colibri : Si vous étiez une ville ?

Sylvia Natterer : J'aime Munich où j'ai vécu pendant 17 années, car cette ville a encore des dimensions humaines.

Un Bonheur de Colibri : Si vous étiez un film ?

Sylvia Natterer : Il existe un film français sorti en 2001 "La Vérité, si je mens 2", une comédie de Thomas Gilou, que j’ai visionnée il y a quelques semaines avec ma sœur. Dans ce film, on y voit une poupée à longs cheveux blonds (une Fanouche de 50 Cm que j'avais dessinée pour Götz) qui joue un rôle tout à fait surprenant. J'aime donc naturellement ce film très amusant...

Un Bonheur de Colibri : Si vous étiez un personnage de dessin animé ?

Sylvia Natterer : En dessin animé, j'aime Pauli, la petite taupe dessinée par un artiste tchèque, je crois.

Un Bonheur de Colibri : Nous terminerons cette interview par une question relative à notre site, Un Bonheur de Colibri. Lorsque vous visitez notre boutique sur internet, quels sont les 3 mots qui vous viennent à l’esprit ?

Sylvia Natterer : En parlant de votre site, je dirais :

  1. Belle présentation
  2. Immense choix
  3. Chaleureux

Merci Sylvia pour votre incroyable disponibilité et pour votre grande sincérité !


Vous pouvez retrouver tous les produits disponibles de Sylvia Natterer sur notre boutique en cliquant ICI.
Outre la collection complète des créations de Sylvia par PetitCollin, nous avons de temps en temps des poupées exclusives qui nous sont confiées à la vente par cette artiste hors du commun. N'hésitez pas à venir régulièrement visiter notre boutique.

Et si vous laissiez un petit mot pour Sylvia ?


Nous espérons que vous avez apprécié ce reportage sur la biographie de Sylvia Natterer et ce voyage au sein de cette œuvre incroyable.
Nous vous proposons de laisser et de rédiger un commentaire (au bas de cet article) afin de partager avec nous vos pensées et vos avis sur cette présentation, mais également au sujet des poupées et des créations de Sylvia Natterer.

Nous vous confirmons et nous vous assurons que Sylvia viendra régulièrement lire vos commentaires que vous aurez pris le temps de poster ici.
N'hésitez donc pas si vous désirez lui laisser un petit message. Attention, ne posez pas de questions car Sylvia ne pourra pas y répondre.

Par contre, n'hésitez pas à partager cet article via les réseaux sociaux (boutons ci-dessous) ou bien encore sur votre blog (avec un lien vers notre blog).
C'est comme cela que cela fonctionne entre plangonophiles, non ?

Nous restons comme toujours à votre entière disposition pour tout renseignement que vous pourriez désirer.

@bientôt,

Alexandra et Emmanuel

.

ATTENTION: Cet article est la propriété exclusive de "Un Bonheur de Colibri", toute reproduction totale ou même partielle est formellement interdite sans notre accord express. En tout état de cause, sur toute copie autorisée de tout ou partie du contenu de cet article, devra figurer la mention « Copyright Un Bonheur de Colibri SAS tous droits réservés ».

.

Si vous désirez partager cet article avec vos amis, c'est par ici :

Découvrir tous les commentaires (18)

Dominique Siot


05/04/2018 10:48:15

Merci pour ce merveilleux article, clair et bien documenté. Merci à Sylvia Natterer pour nous faire partager ses précieux moments de vie... J'ai juste deux ans de moins qu'elle ! Je suis une fan des poupées de Sylvia depuis longtemps, j'en ai beaucoup, des Fanouche de 38 cm des années 90/95, des Götz, des Kathe Krüse, des White Balloon et aujourd'hui des PetitCollin ! Toutes différentes et toutes très belles, que du bonheur avec elles ! J'avais des Fanouche de 50 cm mais je m'en suis séparée car j'avais peur de la vétusté des élastiques intérieurs : Sylvia pourrait-elle nous orienter vers des cliniques spécialisées de poupées françaises... au cas où ? Car personne ne souhaite se séparer des poupées de Sylvia ! Top collections ! Vivement la livraison 2018 !

Martine LEONARD


04/04/2018 09:55:19

Merci pour ce très bel article. Madame Natterer est une très belle personne, cet article est très émouvant. Je travaille avec la maison Petitcollin depuis plusieurs années, et j'apprécie les magnifiques poupées de Madame Natterer. Votre article est superbe encore merci. Martine Léonard

Isalis


01/04/2018 10:25:57

J'adore cet article qui est super bien rédigé. J'adore aussi toutes les poupées de Sylvia Natterer. Merci

Lilou


31/03/2018 20:13:32

Merci de créer de si jolies poupées Madame. J'ai déjà une de vos Minouche et deux Finouche Peticollin (et bientôt une troisième) et je les adore.

Stéphanie (soeur d'Alexandra)


31/03/2018 16:22:30

Je viens de lire attentivement ce très bel article!!!! Mille bravo ma grande sœur chérie et à toi Emmanuel ( Mini pour moi) ! Je n'ai qu'une envie rencontrer cette grande Dame qui a un regard si chaleureux et un sourire lumineux! Merci à vous deux de nous faire partager de si jolis instants !!!!

Laurence


30/03/2018 22:28:33

Quel bonheur de lire cet article , merci à vous Alexandra et Emmanuel , et un très grand merci à madame Silvia Natterer pour ses magnifiques poupées , ma Finouche ma Starlette et ma Minouche , ainsi que mon Bibichou font mon bonheur et ma joie de les choyer , mais j'ai dans mon viseur une petite Minette , alors vous voyez Madame Natterer le succès que cela produit , merci pour tout l'amour que vous avez pour créer vos belles poupées et vos beaux poupons . Mes plus sincères condoléances pour le décès de votre mari . Je vous souhaite une bonne continuation. merci . Bien amicalement . Laurence

LESUEUR LYSIANE


30/03/2018 20:06:39

Je savais que nous avions le même âge... cet article confirme qu'elle est une "belle personne". J'aime ses poupées depuis les Fanouche de Götz (j'en possède une bien sûr), et plusieurs Minouche m'enchantent et m'accompagnent. J'espère qu'elle va continuer de créer ses merveilleuses poupées qui nous enchantent. Merci pour cet entretien. Amicalement, Lysiane.

Colette de Picardie


30/03/2018 16:50:18

Un très bel article sur cette artiste qui nous fait découvrir son beau parcours. J'adore ses créations depuis plusieurs années ; ma collection s'étoffe doucement et j'ai du mal à résister à de nouveaux achats. Mon modèle préféré est Minouche : White Balloon, Götz, Käthe Kruse et maintenant Petitcollin. A chaque marque sa petite différence qui me ravit. Merci Madame pour votre inspiration et votre travail. Bonne et longue continuation pour nous faire "encore" rêver. Amicalement. Colette

Michèle Duhamel


30/03/2018 16:33:05

La lecture de cet article a été un vrai bonheur pour moi ! La première poupée de ma modeste collection fut une Minouche dont la mine tendre m'avait séduite. J'ai à présent cinq demoiselles et un jeune homme sortis de vos mains et ils demeurent un enchantement pour moi. Si je pouvais, je les aurais toutes. Merci ! Amitiés Michèle

Patrick (le papa d'Alexandra)


29/03/2018 19:50:53

Mes Grands Chéris, Un immense bravo pour le superbe article/interview de Madame Natterer. C’est une grande dame et nous sommes très admiratifs de sa vie de femme, d’épouse, de maman/grand-maman et d’artiste. Il transparait à travers votre très bel article que c’est une grande dame que l’on a envie de plus et mieux connaitre. Que c’est une grande dame qui a répandu beaucoup d’amour et de bonheur dans son cercle proche, mais aussi que c’est une grande dame qui, pareille à une bonne fée, a apporté et apporte encore du bonheur aux millions de personnes qui possèdent ou connaissent ses œuvres. J’aimerais, si vous en avez l’occasion, que vous lui transmettiez notre admiration et notre meilleur souvenir.

Mamielol


28/03/2018 23:08:52

Bonsoir à tous ! Alexandra et Emmanuel, merci pour ce bel article ! J'ai appris beaucoup de choses et j'ai découvert une femme exceptionnelle, très altruiste et passionnée par son travail. C'est merveilleux ! Je ne possède pas de poupée de Sylvia, pas encore je vais ajouter. J'aime justement leur petit air mélancolique. Je placerai, bien entendu, le lien de cet article sur mon blog poupées dans les jours prochains. À bientôt ! Bonne continuation dans votre passion pour notre plus grand plaisir ! Je vous embrasse tous, Mamielol PS : Mes sincères condoléances pour la perte de votre époux, Madame Natterer. Portez-vous bien, pour profiter des poupées mais principalement de vos petits-enfants !

Vantelot sylvie


28/03/2018 21:53:28

Un immense merci pour ce merveilleux reportage très instructif, cela permet de mieux connaître cette talentueuse artiste que j’apprécie énormément, je suis fan des minouches. J’adore cette petite bouille Amitié, Sylvie

Poklon1979


28/03/2018 19:47:42

Bonjour, Je m'appelle Oksana Antipina (poklon1979). Je ne parle pas le français et j'utilise un traducteur en ligne. Merci pour votre article sur Sylvia ! Avec beaucoup d'intérêt, je l'ai lu. J'ai appris encore plus sur mon artiste préférée. Je tiens à exprimer mes mots d'admiration pour le talent de Sylvia ! Et dire que je l'aime...! Qu'elle sache que je pense toujours à elle. Je lui souhaite le bonheur, la santé ! Et surtout l'inspiration de longues années !

Carole Roche


28/03/2018 19:11:27

Permettez à une amie des poupées de vous féliciter pour votre travail et pour cette qualité humaine qui fait les artistes. Dans vos créations, dans les Minouche qui m'ont d'abord paru bizarres et que je collectionne maintenant, je trouve cette humanité, cette douceur que j'aime tant. Je m'amuse à les habiller, leur garde-robe est partagée avec quelques Chéries et une Little darling. Merci de créer des poupées accessibles, fines et tendres. J'espère que vous pourrez longtemps conserver votre goût de la création et préserver vos poupées en qualité et en humanité.

Martine 44


28/03/2018 18:52:29

Merci pour ce fabuleux reportage sur un personnage passionnant et passionnée .... Toujours sous le charme de ses magnifiques créations au fil des décennies et de l'empreinte de sa délicatesse et de sa douceur , qui transparaissent aussi dans sa vie personnelle ... Une femme d'exception qui a autant de talent que de cœur et qui partage avec nous ses rêves et ses petits chef-d'œuvre ! Que dire de plus, à part BRAVO et MERCI

martine beraut


28/03/2018 17:56:06

Bonjour, Je vous remercie pour cet article qui m'a fait connaitre madame Sylvie Natterer. C'est une véritable artiste à taille humaine et son travail est merveilleux. Je lui souhaite de créer encore longtemps de magnifiques poupées, je n en possède pas encore mais j y songe. Toutes mes félicitations.

Cathy Chamagne


28/03/2018 17:21:20

Oui merci pour cette belle rencontre, je vais d'autant plus aimer mes Minouche, mes Fanouche. Vous êtes Madame une belle personne, vos poupées nous le montrent. S'il vous plait, continuez encore longtemps à nous enchanter, une petite chose pour terminer nous sommes nées presque en même temps...... J'ai failli oublier de vous dire que je regrette bien de n'avoir pu croiser vos premières créations, "pris au piège" oui, j'y suis. Toute mon amitié, si j'ose Cathy

lefebvre bernadette


28/03/2018 16:48:52

Merci pour ce remarquable article !! Il me fait d'autant plus plaisir que je suis cette artiste depuis plusieurs années et qu'elle ne m'a jamais déçue ! Il faut dire aussi que c'est mon artiste préférée pour les poupées contemporaines ! Je partage de suite votre article sur mon blog ! Amitiés Bernadette

Si vous désirez ajouter un commentaire

 (avec http://)

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits TTC
Frais de port TTC Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander